CESE-CESR

Calendrier

L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

  Juillet 2016  

 

Rechercher

 
Pavé de gauche
 

zoomsur.gif

Pavé de gauche 2
Pavé de gauche 4
Accueil > Communiqués de presse > Economie > Vœux du Président de la République aux acteurs de l'entreprise et de l'emploi : réaction de la CGPME
Communiqués de presse

lundi 18 janvier 2016

Vœux du Président de la République aux acteurs de l'entreprise et de l'emploi : réaction de la CGPME

Le Président de la République a confirmé que les embauches en CDI (ou en CDD d'au moins 6 mois) réalisées par les PME, bénéficieront, durant les 2 premières années du contrat, d'une prime trimestrielle de 500 €, soit 4000 € au total. Et ce pour les salaires jusqu'à 1,3 SMIC.

Cette mesure, même si la CGPME s'était positionnée en faveur d'une baisse de charges pérenne, pourra, sans aucun doute, accélérer certaines embauches. Il convient toutefois de répéter que la création d'emploi est avant tout liée au carnet de commandes et à la confiance dans l'environnement économique et social qui seule permet de se projeter dans l'avenir.

En ce sens, la confirmation par François Hollande, de l'engagement pris par Emmanuel Macron, Ministre de l'Economie, lors de Planète PME, de voir le CICE basculer en baisse de charges est importante.

Le plafonnement des indemnités en cas de condamnation prud'homale s'inscrit dans cette même logique visant à lever la peur de l'embauche en donnant davantage de visibilité aux employeurs.

Dans le même ordre d'idées, la future réforme du code du travail conférant à l'accord d'entreprise "la responsabilité de fixer les modalités d'organisation du temps de travail" est positive. Il faut néanmoins rappeler que cette réforme, virtuelle à ce jour, n'aura d'effet dans les petites entreprises que si, en l'absence de syndicat, le référendum est autorisé.

Par ailleurs, le plan massif de formation de 500 000 demandeurs d'emploi a été réorienté, au-delà des seuls emplois d'avenir, vers les emplois non pourvus répondant ainsi à une demande de notre Confédération. Il reste toutefois permis d'être dubitatif tant sur ses modalités de mise en œuvre que sur sa finalité réelle.

Quant à la mobilisation exceptionnelle en faveur de l'apprentissage, proclamée à grands coups de tambours et trompettes, elle semble, à ce stade, devoir faire pschitt...

Enfin si la CGPME salue la volonté affichée de développer l'entrepreneuriat indépendant elle rappelle que cela ne peut se faire au détriment des artisans, dont l'exigence de qualification est un gage de qualité.

En résumé, à l'exception de la nouvelle mesure concrète et d'application immédiate sur l'embauche dans les PME, les bonnes intentions affichées peuvent difficilement être prises pour argent comptant tant leur mise en œuvre reste aléatoire.